U.F.A.S - Union Française des Aides-Soignants

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Quand l'amour du métier est mis à rude épreuve

bulle

 

QUAND L’AMOUR DU METIER EST MIS A RUDE EPREUVE

 

certains aides-soignants cherchent une échappatoire...

 

 

Réflexion sur le métier "Est-il encore temps d’y réfléchir ?"

bulle

Aide-soignant, aujourd’hui pour demain Réflexion d’Alain MESSIEN, Directeur des soins, à l’occasion d’une rencontre régionale des aides-soignants.

 L'évolution d'une profession, soit-elle de Santé, n'est jamais facile à déterminer.

Comment s'identifier, bénéficier d'une reconnaissance réelle de véritable professionnel...

 

La lutte contre la dépendance n’est pas une cause parmi d’autres

paper clipUne nouvelle année est en marche et elle ne manquera pas de nous apporter son lot inéluctable d’évènements imprévisibles, surtout dans l’ambiance générale actuelle ; et ils peuvent être souvent désagréables... 

 

Aide-soignant... Un métier invisible

9782717865332-z

 

Anne-Marie Arborio est Maître de conférences en sociologie à l’Université d’Aix-Marseille et chercheur au Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail (LEST). Ses recherches portent sur la sociologie du travail et des professions, en particulier dans le domaine de la santé. Elle vient de rééditer son livre « Un personnel invisible – Les aides-soignants à l’hôpital ».

 

L’hôpital: Un monde sans pitié

81yiqwyuhzl. aa1500

  « Nous disons simplement, sereinement, avec une détermination absolue, cela suffit. »

 Le livre L’hôpital – Un monde sans pitié est encore un témoignage accablant, un de plus, pour le monde des soignants !... Plusieurs livres ont déjà été publiés ces dernières années sur les conditions inacceptables de prise en charge des personnes nécessitant des soins, notamment les personnes âgées et/ou handicapées dépendantes.

Tous ces livres étaient écrits jusque là par des soignants, voire des aides-soignants ; il s’avère que celui-ci, L’hôpital – Un monde sans pitié, est écrit par des représentants d’usagers, et usagers eux-mêmes, des services de soins.

Il est vrai que les personnes qui, du fait d’une maladie chronique, sont confrontées à des séjours répétés dans les services de soins, attendent - on peut le comprendre - une amélioration des relations soignants-soignés ; n’est-ce pas l’un des objectifs de la loi sur les droits des malades adoptée voilà plus de dix ans et dont tous les patients ont besoin * !...

Il ne faut pas oublier non plus que l’hôpital n’est pas la propriété exclusive des professionnels qui y exercent mais que, comme toutes les autres institutions de service public, il est la propriété de tous les citoyens.

Enfin, si l’image de nos services est une nouvelle fois ternie par la sortie de ce livre, il y a quand même des soignants qui s’efforcent d’exercer leur métier dans le respect de la dignité des personnes dont ils s’occupent et je leur rends hommage…

* Loi n° 2002-303 du 4 Mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé.

 

 


Page 4 sur 8