U.F.A.S - Union Française des Aides-Soignants

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

L’école n’est pas finie

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

 Voilà. C’est la rentrée.

Certains aides-soignants ont repris de l’énergie, d’autres pas ; touchés par le burnout ces derniers n’ont bénéficié que d’une pause.

 Comme toujours, les regards se tourneront vers nous par le biais d’organismes habituels. Comme vous le savez il est préférable de parler des aides-soignants que de parler aux aides-soignants, cela fut toujours le choix des gouvernants.

Encore une fois, l’école pour tous a ouvert ces portes ce matin plaçant le savoir à la disposition de tous. L’évolution est de mise à chaque fois. Qu’en est-il pour les aides-soignants dans les IFAS ? Contrecarrés avec un champ de savoir limité depuis 1956, ils le sont sournoisement plus encore aujourd’hui.

Depuis soixante ans, nous sommes formés et appelés à faire des actes de soins dont aucun ne nous appartient. Les textes le stipulent. Le conservatisme tenace qui régit l’articulation infirmier/aide-soignant, tel qu’il est de nos jours a pactisé avec l’argent et fait de nous des vassaux dans une pérennisation très évangélisée. On donne les règles, on fait.

- Incapables, irresponsables, aujourd’hui prédateurs d’actes de soins, telle est la nouvelle image que l’on ose véhiculer des aides-soignants en 2016. -

L’état a laissé bâtir dans cette articulation IDE/AS le profit d’une profession sur l’autre. C’est au gouvernement d’atténuer ce que l’autre définit comme un pouvoir et d’établir un équilibre de manière juste. Cela dure depuis trop longtemps, il serait normal de recadrer cet état de chose qui est contraire aux intentions et aux valeurs de la République…

L’Empire grecque a laissé ses vestiges, la bibliothèque d’Alexandrie donne encore du fil à retordre aux historiens, les trouées de l’emplacement du mur de la honte (de Berlin) que l’on croyait invincible, en tombant, s’appelle actuellement « la piste des murs »… Il n’existe rien de constant si ce n’est le changement. (Bouddha)

« Le sens de la vie : le tout est d’évoluer » De Bernard WERBER/ l’Empire des Anges.

Gérard REMIR Vice-président de l’UFAS,

1 er Septembre 2016

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir