U.F.A.S - Union Française des Aides-Soignants

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Succés pour les journées francophones des aides-soignants!

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

logos trilogie

  Les 22 et 23 janvier 2015 les 1ères journées francophones des aides-soignants ont réuni 450 professionnels

 450 professionnels se sont réunis les 22 et 23 janvier 2015 à Paris pour les premières journées francophones des aides-soignants. Ces journées ont été organisées par Trilogie-Formation autour de la thématique « L'aide-soignant en présence d'une personne atteinte de troubles du comportement, comment communiquer pour être bientraitant ? ».

 

sallepleiniereconfas2014

salle pleine aux 1éres journées francophones 2015 des aides-soignants


Une table ronde a notamment permis d'aborder un sujet qui est cher à la profession mais très rarement traité : la place de l'aide-soignant dans le système de santé. Cette table ronde a été animée par Denis Fischer, vice-président de la Fédération Nationale des Associations d’Aides-Soignants (FNAAS), Thérèse Palla, présidente de l'Union Française des Aides-Soignants (UFAS), Maître Gilles Devers, avocat au barreau de Lyon, puis Laëtitia Faveraux, Chargée de mission pour les personnels soignants au ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes ainsi que Guy Boudet, également représentant du ministère de la santé. L'avenir de la profession, les transferts de  compétences ou encore la formation ont été abordés par les représentants associatifs et Madame Palla a insisté sur le manque de reconnaissance de la profession, sur le décalage qui existe entre la formation et les actes de soins qui sont demandés aux aides-soignants mais aussi sur l’état de souffrance dans laquelle ils se trouvent.

Ceci étant, le ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes s'est voulu rassurant sur le l’avenir de la profession. Le ministère a informé qu’une réforme du diplôme d'État aide-soignant est prévue.

A la table ronde, les intervenants se sont accordés sur le fait que le métier d'aide-soignant doit évolué et que la formation doit être rénovée. La dernière réforme de la formation date de 2005. Il devient donc nécessaire d'adapter le diplôme d'État aux évolutions de la demande en soins.  Comme l’a souligné Thérèse Palla, : il faut faire évoluer la profession en prenant en compte les nouveaux actes que nécessite la prise en charge des besoins de la population par les aides-soignants. Cela doit passer par une évolution de la liste d’actes attribuée aux aides-soignants, ce qui va nécessiter une modification des textes législatifs. Selon les représentants du ministère, même si aucun calendrier n'est encore fixé, les réflexions seront engagées dans les mois qui viennent et vraisemblablement durant le second semestre 2015 au cours duquel va être mis en place un groupe de travail pour la réforme de la formation. La réflexion sera menée autour des activités, des compétences et de la formation des aides-soignants et Guy Boudet a ajouté que les évolutions s'axeront autour de :

  • La segmentation des publics (dépendance, psychiatrie, fin de vie...) ;
  • La qualité des soins et la bientraitance ;
  • Le rapprochement du sanitaire et du social.

Laëtitia Faveraux a précisé qu'il existait une forte demande de délégation d'actes techniques pour répondre à des  problèmes d'organisation des soins. On peut s'attendre, qu’à l’avenir, les aides-soignants se voient confier des actes plus techniques, et ce tout en respectant la législation en vigueur. La Chargée de mission pour les personnels soignants a également souligné que le premier protocole de coopération infirmiers/aide-soignants a été adopté par la Haute Autorité de Santé en octobre 2014. Ainsi en va-t-il de : « Sur prescription médicale, réalisation par l’aide-soignant, en lieu et en place de l’infirmier, de soins d’élimination fécale pour des patients atteints de troubles neurologiques chroniques, pris en charge à domicile par le SSIAD pour personnes handicapées ».

Effectivement on peut considérer que le décalage entre le contenu de la formation des aides-soignants et la pratique sur le terrain ne cesse de s'élargir. Les aides-soignants, dans un délai plus ou moins long, devraient bénéficier d'un exercice plus autonome pour répondre au mieux aux besoins des patients et, plus largement, de la société…/…

 L’intégralité de l’allocution d’ouverture de Thérèse Palla, ainsi que son intervention à la table ronde, peuvent être envoyées sur simple demande à Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. , mais uniquement par courriel

 Egalement, à l’issue de la 2ème journée Thérèse Palla a été interviewée par Annie de Vivie, fondatrice d’Agevillage.com – la référence Internet du grand âge. Il est possible de retrouver l’interview en bas de cette page.

 Pour soutenir l’association, la cotisation annuelle de base est de 20 euros à envoyer à l’ordre de : UFAS 4, rue des Genêts 14610 Villons les Buissons.

Rendez-vous en janvier 2016 à Paris autour du thème : « FIN DE VIE : SOINS PALLIATIFS & ACCOMPAGNEMENT - L’aide-soignant au cœur d’une problématique existentielle »

 

 

 video

Vidéo de l'intervention de Thérése Palla

2502-38813

Adhérer à l'UFAS

agevillagepro

 

AgeVillagePro: La référence internet de la Gérontologie

 

Commentaires 

 
0 #3 ringer 24-03-2016 17:03
le décret doit etre changé,cela a déjà trop duré.les aides soignants et aides soignantes doivent aussi avoir des postes en cliniques et hôpitaux,actuel lement se sont les ehpad qui recrutent le plus,avec une population vieillissante;m ais les jeunes n apprennent pas grand chose dans ces structures,il faut davantage de technique;il est honteux de persister a montrer les aides soignants a faire du nursing;toute profession évolue,alors quand cela va t il etre mis en place?les aides soignants sont les infirmiers d avant guerre ;il n y avait pas encore d aide soignants et c était une belle profession.changement de décret,revalori sation de cette profession et rallongement de la formation!
Citer
 
 
0 #2 HAD 02-04-2015 14:21
AS, une profession qui se structure. Et c'est tant mieux. Oui il faut des évolutions dans la formation et une plus grande lisibilité encore augmentée de la profession chez les employeurs. Rappelons au passage que recruter de bons AS n'est pas évident. Bonne continuation !
Citer
 
 
0 #1 DALLIES Serge 11-02-2015 19:42
Bonjour,

nous sommes tous d'accord : il faut du changement dans la formtion des AS

très bonne intervention de Thérèse

Cdt

Serge DALLIES
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir