U.F.A.S - Union Française des Aides-Soignants

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

- Un livre qui défraye les chroniques ! -

PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

En fin d’année 2006 le livre « ON TUE LES VIEUX » a défrayé les chroniques de la presse, des radios ainsi que de la télévision.

 

Ce livre paru aux éditions Fayard est écrit par Christophe Fernandez président de l’AFPAP (Association française de protection et d’assistance aux personnes âgées), Thierry Pons, Dominique Prédali auteur-journaliste-traductrice et interprète de conférence en Grande-Bretagne, et notamment le Pr Jacques Soubeyrand chef de service de médecine interne et gériatrie de l’hôpital Ste Marguerite de Marseille. Sa médiatisation a mis en exergue la prise en charge défaillante des personnes âgées dépendantes et mieux encore, cet ouvrage va jusqu’à dénoncer le fait de génocide. Leur constat est alarmant. L’insuffisance dans la qualité de l’aide apportée aux actes essentiels à la vie quotidienne y est largement décrié, et cette insuffisance n’est rien d’autre que de la maltraitance...

 

Bien que faisant partie de l’art infirmier, on peut dire que ces actes sont dévolus aux aides-soignants et de ce fait, ces derniers se retrouvent les premiers acteurs de cette maltraitance... Mais, qui en sont réellement les vrais responsables ?

 

Les personnes dépendantes aspirent, bien évidemment, à une bonne qualité des soins qui leur sont prodigués (soins, aide, accompagnement), ainsi que leur famille. C’est tout à fait normal et c’est leur DROIT.

 

Pour concrétiser cela deux éléments sont essentiels : des moyens en personnel, ce qui n’est que très rarement le cas et du personnel formé et reconnu à sa juste valeur ce que n’est pas l’aide-soignant...

 

Pourtant, pour tout professionnel, la reconnaissance de leur exercice, outre une satisfaction personnelle, est un atout indéniable contre toute frustration et contre la démotivation... Au contraire, la reconnaissance professionnelle est source d’encouragement à servir plus... Les aides-soignants attendent cette reconnaissance depuis longtemps...

 

En ce début 2007 un diplôme d’ État d’aide-soignant est attendu. Cependant, quelles seront les incidences sur l’avenir de la pratique des aides-soignants ?... A la veille des élections présidentielles et des élections législatives l’ UFAS a adressé, fin décembre, une lettre ouverte à toute la classe politique sur ce sujet. Y accordera-t-elle un intérêt positif ?

 

J’invite les membres de l’association à soutenir notre démarche auprès de leurs élus (député, sénateur et conseiller général. La copie de la lettre qui est insérée dans cet Écho peut être envoyée à ceux qui souhaitent interpeller leurs élus. L’avenir de l’aide-soignant ne se fera pas sans que lui même s’investisse...

 

Permettez-moi de conclure avec ce que m’a dit un jour Gérard Vincent, à l’époque Directeur des Hôpitaux au Ministère de la santé et aujourd’hui Délégué Général de la Fédération Hospitalière de France : « Battez-vous car on ne vous apportera jamais votre reconnaissance sur un plateau d’argent... ».


ÉDITO Écho de l’UFAS N° 37-Février 2007

Thérèse Palla Présidente de l'UFAS

 

Commentaires 

 
+1 #2 Alexandre Du 07-05-2012 14:30
Luc, je partage et rejoins complétement votre constat, avec en prime le glissement de tâches pratiqués dans de nombreuses structures, la pratique du temps partiel à domicile...

Mais j'ajouterais aussi que c'est en se fédérant autour d'associations tels que l'UFAS ou la FNAAS que nous pourrons avancer. Il nous faut nous rassembler et s'unir pour justement éviter le brassage d'air et lutter contre cette braderie que vous citez.
Citer
 
 
+3 #1 Luc Portmann 21-04-2012 12:55
5 ans après on brade notre profession.
Nos conventions sont supprimées.
Notre salaire est annualisé et pas revalorisé au contraire.
Notre plan de travail en modifiable à souhait.
La pénibilité est peu prise en compte.
Nos compétences de plus en plus limités.
Ma conclusion en 2012
On se bat contre des moulins à vent
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir